INTERVIEWS


Olivier NOUVEAU

Président Nancy Numérique, Directeur SapientRazorfish Grand-Est

Alors que la “transformation digitale” est en passe de devenir un poncif, il est utile de s’arrêter sur les différents sens qu’elle peut revêtir.

 

Edito du catalogue « Forum Job Lab des talents et de la transition numérique » publié à l’occasion du JOB LAB FORUM 2017 organisé par La Maison de l’Emploi en partenariat avec Nancy Numérique.

La transformation digitale, histoire d'une rencontre

Cette transformation digitale, je l’ai pour ma part rencontrée à l’Ecole nationale supérieure d’Art et de Design de Nancy, il y a plus de vingt ans, alors que le Macintosh transformait fondamentalement la chaîne de création. Du métier de Designer graphique que j’avais alors appris, j’entrais dans un autre métier : celui de Web Designer, dès mon arrivée dans une agence Design nancéienne. J’allais devenir quelques années plus tard Responsable Web Design d’une équipe de quatre Web Designers : la transformation du métier était là, et elle continuait. Elle continue encore.

Les métiers du web : un changement permanent

Bien entendu, au-delà de mon seul cas personnel, ce constat invite à mettre en perspective le fait qu’en vingt ans, les métiers du web ont constamment changé : de nouveaux métiers sont arrivés, de Web Développeur à Intégrateur HTML, en passant par Architecte de l’information qui deviendra UX Designer, Designer Mobile, Développeur Flash... Les exemples ne manquent pas, puisque non seulement les technologies évoluent à chaque seconde, mais aussi parce que les utilisateurs s’adaptent vite ! Et d’ailleurs bien plus vite que les entreprises et que les institutions publiques. Le téléphone filaire a mis 75 ans pour atteindre les 100 millions d’utilisateurs, contre respectivement 16 et 7 années dans les cas du téléphone mobile et d’Internet et à peine 4 ans pour les réseaux sociaux (Sources : Sociétal 2016, #numérique et emploi : lost in transition ? Eyrolles, 2016.).

Le digital : pas seulement un outil que nous actionnons

Pour les entreprises, des grands comptes aux TPE, ces enchaînements rapides de nouveautés technologiques posent de nombreuses questions : doivent-elles être présentes sur le web ? Pourquoi ? Pour quels objectifs ? Quelle visibilité ? Quel retour sur investissement ? Avec qui travailler ? Qui recruter, et avec quelles compétences ? Pour y répondre, une des voies est d’être “noétique” face au Digital : sortir de son courant, prendre du recul et le temps de comprendre ce qui doit se transformer dans nos entreprises par le Digital : même si le digital invite à agir vite et à être pragmatique, il ne doit pas nous empêcher de raisonner et de prendre garde aux effets de mode. Le Digital n’est plus seulement un outil que nous actionnerions : il nous traverse, nous transperce, nous transforme depuis des dizaines années. Tirons-en le meilleur comme nous l’avons fait avec l’imprimerie.

Lemmy FONTAINE

Gérant de Lemnet, Cabinet Conseil en informatique

Lemnet est une société de conseil en informatique et cybersécurité qui s’adresse essentiellement aux TPE/PME lorraines. L’entreprise est née de 10 ans d‘expérience en récupération de données et en investigation numérique.

Interview réalisée par Philippe Paci (Directeur Marketing Adista, pour le compte de nancy numérique)

1 - Peux-tu nous présenter ton activité ? (cliquez la question pour visualiser la réponse :))

Lemnet est une société de conseil en informatique et cybersécurité qui s’adresse essentiellement aux TPE/PME lorraines. L’entreprise est née de 10 ans d‘expérience en récupération de données et en investigation numérique. Nos clients sont au centre de nos préoccupations et nous leur proposons de prévenir plutôt que de guérir. En intégrant notre assistance dans tout projet ou développement informatique, les entreprises bénéficient d’une expertise devenue nécessaire, voire indispensable. C’est un avantage apprécié et reconnu. Pour affirmer notre position de conseil, Lemnet a fait le choix de l’indépendance vis-à-vis des différents fournisseurs. C’est ainsi que nous pouvons proposer la sécurité adaptée à chaque cas, avec des solutions sur mesure, pour créer cette valeur que les TPE/PME attendent de nous. Lemnet souhaite devenir le partenaire de référence de nos clients, aussi bien pour la cybersécurité que pour le conseil.

2 - Je te dis Nancy Numérique, tu me dis … ?

J’ai adhéré à nancy numérique en mai 2016. Cela faisait un peu plus de 6 mois que j’avais créé Lemnet. En tant que travailleur indépendant, je travaillais seul et, qui plus est, à mon domicile. J’avais donc surtout besoin de recréer un lien social dans mon travail mais aussi, d’un point de vue plus entrepreneurial, de développer mon réseau. Nancy numérique, avec une cotisation très raisonnable et des services conséquents mis à la disposition de ses adhérents m’a permis de concilier ces deux aspects.

3 - Effet wahou avec NN ? Raconte alors !

Ma première vraie interaction avec nancy numérique s’est déroulée peu de temps après mon adhésion, lors d’un coworking sur la refonte du site web de l’association. Alors que je venais à peine d’arriver, j’y ai découverts des gens très accueillants qui m’ont facilement intégré à leur organisation. A cette occasion, j’ai également découvert la Factory Digitale, des locaux bien équipés, très agréables et proche du centre-ville. J’ai appris par la suite que je pouvais y accéder librement pour un rendez-vous ou une réunion. Lors de la plénière de juin 2016, j’ai aussi pu constater une liberté de ton qui m’a agréablement surpris.

4 - Un avis sur l’écosystème digital de notre agglomération ?

Je suis né à Nancy. J’ai grandi dans l’agglomération, j’y ai effectué l’essentiel de mes études et j’y ai travaillé, en tant que salarié, pendant plus de 10 ans. Je suis donc très attaché à ma ville et lorsque j’ai décidé de devenir indépendant, la question de la localisation ne s’est même pas posée. L’écosystème numérique de la ville est, selon moi, bien développé, avec notamment des laboratoires de recherche en pointe et mais également des entreprises championnes dans leur domaine. Cependant, et ce n’est pas un problème nancéien, bon nombre de TPE/PME ne se rendent pas compte de tout ce que l’informatique peut leur apporter. Plus globalement, elles ne prennent pas assez en compte les problématiques numériques, en particulier en terme de sécurité.

5 - Tes 3 suggestions pour une France numérique ?

Tout d’abord, l’avenir de notre pays, c’est sa jeunesse. De ce fait, pour une France numérique, il est important que nos enfants soient bien (in)formés sur les usages du numérique, c’est à dire comment cela fonctionne, ce que cela peut apporter mais aussi ses limites et ses dangers, et ce dès le plus jeune âge.

Ensuite, pour une France numérique, les différents systèmes informatiques doivent être capables de communiquer entre eux. C’est pourquoi il me semble essentiel que les APIs soient au centre du développement des systèmes d’information.

Enfin, il s’agit de ne pas oublier que le numérique n’est qu’un outil, certes puissant, mais les Hommes doivent rester au cœur de tout.

6 - Et à part ça, une chose à dire ?

Quand rien ne va plus... KEEP CALM AND WORK HARDER